Mise à jour de hits 3-Canada retour à US sur les tarifs douaniers, dit il ne va pas revenir vers le bas

OTTAWA () – Canada frappé de retour à l’administration américaine sur ses tarifs en acier et aluminium vendredi, en promettant d’imposer des mesures punitives sur C$ 16,6 milliards ($ 12,63 milliards) d’une valeur de marchandises américaines jusqu’à ce que Washington fait machine arrière. FICHIER PHOTO : Gestes ministre des affaires étrangères canadien Chrystia Freeland au cours d’une conférence de presse conjointe à la clôture de la septième série de pourparlers de l’ALENA à Mexico, Mexique, 5 mars 2018. / Edgard Garrido/fichier PhotoThe l’annonce par le ministre des affaires étrangères Chrystia Freeland marque un nouveau creux dans les liens entre les deux pays voisins et partenaires commerciaux qui sont devenues plus tendues depuis que le Président américain Donald Trump a pris le pouvoir en janvier 2017. Les tarifs entreront en vigueur le 1er juillet et largement la U.S. steel cible et produits en aluminium, ainsi que les denrées alimentaires comme le café, le ketchup et whiskies. « Nous n’augmenteront pas et nous ne soutiendrons pas vers le bas, » Freeland a déclaré aux journalistes dans une usine dans la ville de Hamilton de l’Ontario en acier de Stelco Holdings Inc. Les responsables disent que les mesures visent en partie à pression Trump en mettant l’accent sur les biens provenant des États où ses alliés politiques régner. Gouvernement du Parti libéral du Canada, a déclaré le mois dernier qu’il pourrait exercer des représailles après Trump affronta en acier et aluminium les importations du Canada et d’autres pays, en invoquant des raisons de sécurité. « Nous agissons beaucoup en tristesse, pas en colère, » dit Freeland, mettant l’accent sur l’étroitesse de la relation globale. Le commerce bilatéral représente environ C$ 2 milliards par jour. Ottawa a également dévoilé un ensemble d’aides pour les travailleurs vaut jusqu’à C$ 2 milliards, consistant principalement jusqu’à C$ 1,7 milliards en financement commercial et d’assurance pour les entreprises dans les secteurs en acier et en aluminium et les industries connexes et les industries touchées. La tête du syndicat Teamsters Canada s’est félicité de l’annonce et ladite Ottawa devrait envisager exproprie des brevets pharmaceutiques américains si nécessaire. L’administration de Trump étudie présentement que de mettre des tarifs sur l’automobile canadien, dont les économistes disent contribuerait à plonger l’économie dans une récession. Freeland a appelé l’idée « absolument absurdes ». L’ambassade américaine à Ottawa a dit qu’il n’avait aucun commentaire immédiat. À Washington, la National Cattlemen Beef Association dit que les tarifs frapperait $ 170 millions d’une valeur de produits de boeuf américain. « Nous croyons que la coopération est la meilleure voie du progrès qu’escalade, » a déclaré Kent Bacus, directeur de l’association d’accès international de commerce et du marché. Des responsables américains ont lié les tarifs pour ralentir les progrès dans les négociations visant à moderniser l’accord de libre-échange nord-américain, qui dit que Trump est un désastre et doit être changé. Freeland déclare qu’elle attend les négociations seraient entrer dans une phase intensive après une élection présidentielle mexicaine le 1er juillet. Reporting par David Ljunggren ; Montage par Chris Reese et Dan Grebler