Mise à jour 1-la Commission propose de 55 milliards d’euros pour la zone euro en budget de 2021-2027

(Bruxelles) – la Commission européenne a proposé sur mercredi 55 milliards d’euros dans le prochain budget de l’Union européenne à long terme pour soutenir les investissements dans la zone euro au cours des chocs économiques, des réformes structurelles et aider à adhérer à l’euro. Président du Conseil européen Jean-Claude Juncker présente prochain budget à long terme de l’Union européenne, au Parlement européen à Bruxelles, en Belgique, 2 mai 2018. / Argent de Francois LenoirThe prévu pour la zone euro, ou pour ceux qui ont l’intention d’y adhérer, est une réponse aux appels du Président Français Emmanuel Macron l’an dernier pour un budget distinct pour la zone euro de plusieurs 100 milliards d’euros. En Allemagne, plus gros contributeur de la zone euro pour le budget de l’UE, pense que les 19 pays qui partagent désormais l’euro ne devrait pas avoir un budget distinct, ou, s’ils le font, il devrait être un très petit. La Commission voit dans un budget distinct de zone euro qui sème la discorde, à la fois lorsque l’unité de l’UE sont tendues par la Grande-Bretagne ‘ sortir l’année prochaine, et il a donc proposé des fonds de zone euro dans le cadre du budget de l’UE élargie de 27 pays. « Après le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, le produit intérieur brut de la zone euro représentera plus de 85 pour cent du PIB total de l’UE, » la Commission a déclaré dans un communiqué. « C’est pourquoi les outils nécessaires pour renforcer l’Union économique et monétaire ne doivent pas être séparés mais partie intégrante de l’architecture financière globale de l’Union, » il dit. Proposition de la Commission réforme soutien pour le budget de l’UE pour les appels de 2021-2027 pour la mise en place d’un programme de soutien la réforme et une fonction de stabilisation d’investissement européen. Le programme de soutien de la réforme s’élèverait à 25 milliards d’euros et offrirait un soutien financier et technique de réformes pour les pays de la zone euro. Il permettrait aussi de payer pour des réformes dans les pays qui souhaitent adhérer à l’euro. Pour obtenir de l’argent, un gouvernement de zone euro ou un candidat devra convenir avec la Commission émet des réformes pour régler les problèmes économiques. « Un dialogue structuré entre la Commission et l’État membre suivra pour conclure une série d’engagement de réformes, y compris un ensemble détaillé de mesures, jalons pour la mise en œuvre, un calendrier pour la réalisation et les aspects financiers, » a déclaré la Commission. Le pays serait ensuite rapport chaque année sur l’état d’avancement des réformes pour obtenir le financement. SOUTIEN à l’investissement la fonction de stabilisation d’investissement européen serait d’une valeur de 30 milliards d’euros et octroyer des prêts dos à dos sur le budget de l’UE. Les intérêts sur ces prêts seraient couverts par des subventions. Les prêts seraient stabilise les investissements dans les pays touchés par un choc économique pas de leur propre fabrication. « Comme un mécanisme d’absorption des chocs, la fonction de stabilisation d’investissement européen viendront compléter les instruments existants au niveau national et européen, » a dit la Commission. « Pour être efficace, qu’il doit le coup automatiquement en cas de gros chocs asymétriques, sous réserve des critères d’éligibilité claires et un mécanisme de déclenchement déterminé à l’avance, conformément aux principes de bonne politique macroéconomique et financière, » il dit. Ces prêts seraient principalement pour les pays de la zone euro, mais la zone non-euro, membres de l’UE pourraient aussi être admissibles si elles contribuent à son financement, qui se ferait via un véhicule financier qui doit encore être établie. « Le volet « dons » pourrait être financé par des contributions du zone euro États membres équivaut à une part des bénéfices qu’ils font à travers la production de pièces en euros (seigneuriage), » a déclaré la Commission. Reporting par Jan Strupczewski ; Montage par Alastair Macdonald et Larry King