Mise à jour 2-Lettonie à sociétés fictives interdiction dans la répression le blanchiment d’argent

Premier ministre Maris Kucinskis () de RIGA – Lettonie proposera législation de sociétés fictives interdiction, a déclaré mercredi, après un concert de demandes de ses alliés occidentaux qu’il sévir contre le blanchiment d’argent. DOSSIER PHOTO : Premier ministre de Maris Kucinskis Lettonie écoute lors d’une interview à Riga, en Lettonie, le 6 mars 2018. / PhotoLatvia Kalnins/fichier Ints se bat pour rétablir la confiance dans ses institutions financières après des accusations américaines que la troisième plus grande banque de l’état de l’euro zone, ABLV, servait comme un conduit pour fonds illicites. La Banque, dont les anciens dirigeants rejette la faute, a été fermée le mois dernier. « Nous avons décidé aujourd’hui à l’interdiction de sociétés fictives en Lettonie, » Kucinskis lors d’une conférence de presse. Si la Loi est passée début avril que les plans du gouvernement, il pourrait entrer en vigueur en mai, dit-il. L’utilisation de sociétés écran a été généralisée en Lettonie, avec surveillance financière du pays, mettant leur nombre au plus 26 000. Il peuvent être utilisés pour masquer le véritable propriétaire des biens et il est difficile pour les autorités de déterminer l’origine des fonds. La Lettonie a plus de 10 banques qui traitent principalement des dépôts des non-résidents, beaucoup de clients en Russie et d’autres Etats ex-soviétiques qui utilisent souvent des sociétés écrans dans leurs relations d’affaires. Le ministre des Finances Dana Reizniece-Ozola dit banques auraient « très peu de temps » après que la législation est entrée en vigueur de liquider des dépôts avec les clients d’entreprise shell. Kucinskis suggéré que le délai de grâce pourrait être de six mois. L’organisme de surveillance financière seront impliqué dans le processus de rupture de ces liens. Sa tête, Peters Putnins, dit clients qui avait refusé de retirer leurs fonds au cours de la période de transition aurait leur argent mis de côté et nécessitent une approbation réglementaire pour y accéder une fois que la date limite était dépassée. Aux Etats-Unis, un allié militaire important pour l’ancien pays soviétique gouvernée, est regarde de près voir comment la Lettonie aborde la question du blanchiment d’argent. Réputation de l’Etat balte a également été ternie par l’arrestation du gouverneur de sa banque centrale, Ilmars Rimsevics, dans une enquête distincte de la corruption. Il a nié toute malversation. L’Union européenne a encouragé les États membres à renforcer anti blanchiment de législation et d’assurer que leurs banques ne prennent pas en fonds douteux. Soulignant l’ampleur du défi Lettonie doit faire face, le pays a lancé juste 85 enquêtes sur le blanchiment de l’argent en 2017 même si ses banques battant pavillon 17 900 opérations suspectes, données vues par montre. À la fin de l’année dernière, des dépôts des non-résidents représentaient environ 40 pour cent du total des dépôts dans le système bancaire letton, bien que les retraits depuis les mesures contre ABLV qui ont vu décliner un peu. Reporting par Gederts Gelzis, reportage additionnel par Johan Ahlander à Stockholm et John O’Donnell à Francfort ; écrit par Niklas Pollard ; édité par John Stonestreet