Entreprises de tabac en France a triché la nicotine essais : corps de lutte contre le tabagisme

PARIS () – quatre compagnies de tabac opérant en France manipulé des tests afin de masquer le niveau réel de la nicotine et le goudron contenu dans les cigarettes, mettant en danger la vie des fumeurs, un organisme Français de lutte contre le tabagisme allégué dans une plainte en justice. Les allégations par le Comité National contre le tabagisme (CNCT) ciblent les branches Français de Philip Morris, Japan Tobacco et British American Tobacco et Imperial Brands Plc. Dans sa plainte, datée du 24 janvier et vu par le vendredi, le CNCT a dit cigarettes produites par les sociétés contiennent des trous minuscules dans le filtre qui sont conçues pour la ventilation de la fumée inhalée dans des conditions de test. Quand la cigarette est fumée par une personne, cependant, les trous sont compressées et largement couverte par les doigts ou les lèvres, causant le fumeur à inhaler plus difficile et augmente l’absorption de la nicotine et le goudron, le CNCT a dit du fumeur. « Un tel dispositif astuces fumeurs parce qu’ils ne sont pas conscients du degré de risque qu’ils prennent, », affirme la plainte. Un porte-parole de Japan Tobacco, a déclaré que la société a été surprise par les allégations, qu’il avait appris de par les médias. « Nous déclarons tous les ingrédients dans nos produits chaque année au ministère de la santé, » Japan Tobacco a déclaré dans un communiqué. Un cendrier est vu dans une usine à Bordeaux, la région Midi-Pyrénées, 15 décembre 2006. / Regis Duvignau « les niveaux de goudron, nicotine et monoxyde de carbone sont analysés plusieurs fois par an par le Laboratoire National de métrologie et d’essai, avec l’approbation du ministère de la santé, pour assurer la conformité avec les règlements. » Filiale de Seita Imperial Tobacco a déclaré : « nous respectons les normes européennes et nos cigarettes sont testés par un laboratoire indépendant ». British American Tobacco France dit il trop adhéré au règlement et que tous ses produits de tabac ont été soumis à « des tests rigoureux, indépendants et transparents ». Philip Morris France a refusé de commenter. L’organisation de lutte contre le tabagisme dit taux de nicotine réelle est cinq fois plus élevé qu’indiqué dans les essais, tandis que la teneur en goudron réelles est deux à 10 fois supérieure. Il n’était pas clair dans la plainte de 34 pages de comment le CNCT est arrivé à ses calculs. Les allégations font écho l’utilisation de ce qu’on appelle « vaincre dispositifs » par les constructeurs automobiles comme Volkswagen (VOWG_p.DE) aux niveaux de pollution élevés de masque lorsque testé dans les laboratoires. Reporting par Emmanuel Jarry et Julie Carriat ; Écrit par Richard Lough ; Montage par Catherine EvansOur normes : le Thomson Trust principes.