Dombret de mise à jour 1-Bundesbank raconte banques un accord d’accès Brexit UE peu probable

Londres () – plan de Londres pour un accès facile aux marchés financiers de l’Union européenne après que Brexit n’est peut-être pas faisable et les banques devrait s’appliquer pour les licences de EU ou être laissé « haut et sec », Bundesbank membre dit. Andreas Dombret a déclaré jeudi qu’il doutait qu’une proposition par le quartier financier de la City de Londres, de Grande-Bretagne, de « reconnaissance mutuelle » ou une large acceptation par la Grande-Bretagne et l’Union européenne des règles de gestion financière de l’autre, est possible. Une telle mesure porterait atteinte à la souveraineté nationale en donnant des pouvoirs substantiels aux comités techniques des superviseurs pour le faire fonctionner, Dombret a dit un événement à l’industrie de Grande-Bretagne, UK Finances bancaires nationaux corps. « L’effort substantiel nécessaire… l’emportent sur les avantages sociaux, » Dombret dit, ajoutant que le libre-échange dans les services financiers devenait de moins en moins probable et il était temps de visage faits. Représentants de l’industrie financière a déclaré la semaine dernière que les fonctionnaires de la Commission européenne ont dit que la proposition de reconnaissance mutuelle ne volera pas tel qu’il confère des avantages de l’adhésion du marché unique sur un pays non-UE. Autres responsables de l’industrie financière UK ont dit il y a intérêt parmi les États de l’UE à une reconnaissance mutuelle, et autorité financière de mener de la Grande-Bretagne, a déclaré lundi, c’est un concept familier pour le bloc. Mais le gouvernement britannique n’a pas encore de détailler ce qu’il veut pour les services financiers dans les négociations commerciales avec le bloc. Nicky Morgan, Président de Parlement britannique Trésor Select Committee, appelé jeudi à la ministre John Glen à publier le document de position du gouvernement de ville à « fournir des éclaircissements si nécessaire » pour les banques aider avec leurs préparations Brexit. UK Finance directeur général Stephen Jones dit qu’il est « tout à fait possible » de construire un nouveau métier traitent le bloc qui préserve les avantages de l’alignement étroit sans sacrifier l’autonomie politique et réglementaire. Sans un accord commercial sur mesure, visages de Grande-Bretagne devoir continuer la copie des règles de l’UE comme la Norvège et la Suisse pour l’accès aux marchés financiers. AUCUN filet de sécurité Dombret a également ne donné un avertissement contondant aux banques tout en s’appuyant sur une période de transition de retarder des décisions difficiles sur les licences et le personnel se déplace vers les nouveaux centres de EU. Même si l’Union européenne et la Grande-Bretagne s’entendre sur un accord de transition par mars au pont Brexit et les nouvelles conditions générales de vente, il ne peut pas donner la sécurité juridique qui ont soif de banques transfrontalières, Dombret a dit. Le secteur devra encore attendre jusqu’en octobre pour voir s’il y a accord sur les futures relations commerciales aussi bien. « La phase de transition n’est pas un filet de sécurité », a déclaré Dombret. Il serait peut-être préférable de mettre l’accent sur l’apport des procédures d’autorisation plus en douceur possible, étant donné qu’un « aucun deal » sur le commerce des services financiers futurs n’est un résultat réaliste, dit-il. Régulateurs européens cherchent à plus de 100 établissements financiers opérant à partir de Grande-Bretagne nécessitant éventuellement une licence EU nouvelle ou modifiée, dit-il. Superviseur des opérations bancaires de la Banque centrale européenne a déclaré mercredi que huit banques ont pris des mesures formelles pour demander une licence, avec les quatre autres l’intention d’étendre les opérations dans la zone euro. « Ceux qui ne terminent pas leurs plans et le début de leur mise en œuvre par risque cette année de mars étant laissé haut et sec par Brexit un an plus tard, » Dombret a déclaré, en ajoutant l’avis s’applique également aux banques européennes avec des branches en Grande-Bretagne encore de faire des demandes de licence de la Banque d’Angleterre. La BoE a proposé en décembre que les banques de l’UE en Grande-Bretagne continuent d’exploiter les succursales sans une filialisation coûteuse s’il y a une coopération similaire avec régulateurs l’UE après Brexit. Dombret dit une telle approche, déjà payée de retour par positions politique pragmatique de la BCE concernant les licences, peut être une contribution importante à une transition en douceur. Reporting par Huw Jones ; montage par Alexander Smith et Adrian CroftOur normes : les principes de confiance de Thomson.