Régulateur du Canada réitère la demande pour les entreprises contre les mauvaises herbes de divulguer les risques aux États-Unis

TORONTO () – organismes de réglementation canadiens jeudi ont réitéré leur appel aux producteurs de cannabis répertoriés avec les entreprises américaines de divulguer clairement les risques d’exploitation il et a mis en garde de la peine potentielle si les lois fédérales de lutte contre la marijuana aux États-Unis sont plus strictement appliquées. L’avis du personnel des autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) dit application plus rigoureuse d’US pourrait entraîner « des conséquences matérielles pour n’importe quel émetteur ayant des activités liées à la marijuana en US, y compris les poursuites et bien saisie ». L’avis des ACVM, similaire à celle qu’elle a publié en octobre, s’arrêta de prendre des mesures contre les producteurs de marijuana répertoriés avec les opérations américaines. En janvier, le ministère de la Justice des États-Unis a annulé une politique de l’ère Obama qui avait facilité l’application des lois fédérales de la marijuana dans les États qui ont légalisé la drogue. Cela fait craindre que les entreprises canadiennes ayant des activités aux États-Unis pourraient être ouvertes à des poursuites. L’ASC a exhorté les entreprises de la marijuana pour décrire leur participation dans l’industrie américaine et indiquer clairement que la substance est illégale en vertu de la loi fédérale. Il leur a également demandé de « examiner soigneusement » des mesures réglementaires ou des changements qui seraient traduirait par des modifications nécessitant des obligations d’information. « L’avis réaffirme que différents échanges peuvent faire leurs propres jugements dans l’application des exigences de leur inscription, » a déclaré Beacon Securities research analyst Vahan Ajamian dans une note par courrier électronique. « Ligne de fond : on dirait « tout effacer ». Ces stocks continuera de commerce comme d’habitude. » Le Canada a une industrie de la marijuana médicale nationale, réglementé et plans visant à légaliser le pot à des fins récréatives par mi-2018. Après les Etats-Unis avancer en janvier, la Bourse canadienne, qui accueille la plupart des producteurs de marijuana du pays avec les opérations américaines, a dit qu’elle avait contacté les 17 entreprises pour leur demander de fournir des détails sur les risques liés à ces entreprises. Aphria Inc, mauvaises herbes troisième plus grand producteur au Canada, qui est cotée à la bourse principale, la semaine dernière a accepté de vendre sa participation minoritaire dans les fermes de Copperstate aux États-Unis à Liberty Health Sciences, qui est cotée sur l’ESC, pour avoir signalé par Nichola de C$ 20 millions Saminather ; Par David GregorioOur normes d’édition : le Thomson Trust principes.