Les conservateurs de mise à jour 6-Merkel faire des concessions grosses au SPD dans l’accord de coalition

() De BERLIN – la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré mercredi que son conservateurs avaient fait des concessions douloureuses pour les sociaux-démocrates (SPD) pour garantir un accord de coalition qui devrait donner à la centrale de l’Europe un nouveau gouvernement après des mois de paralysie politique. Dans un geste qui annonce un changement dans la politique de zone euro de l’Allemagne, le SPD aura le ministère des finances, un poste détenu jusqu’à ce que récemment par le conservateur Wolfgang Schaeuble, largement détesté en périphérie endettés de la zone euro au cours de son mandat de huit ans pour sa mise au point rigide sur discipline budgétaire. Chef de file SPD Martin Schulz, qui a maintenant besoin de base de son parti d’approuver la transaction dans un bulletin de vote postal, a déclaré cette semaine que le SPD s’était assurée la coalition pourrait arrêter « austérité forcée » et mis en place un budget d’investissement pour la zone euro. -Tmsnrt.rs/2AdhTpO céder Bercy crucial graphique du prix élevé que les conservateurs devaient payer en vue de renouveler la « grande coalition » avec le SPD qui a gouverné l’Allemagne depuis 2013 et fixer le quatrième mandat de Merkel au bureau. « Après que donc plusieurs années dans laquelle Wolfgang Schaeuble qui s’est tenue au ministère des finances, lui-même devient une institution, il était difficile pour beaucoup d’entre nous que nous ne pouvions pas tenir à ce ministère, » Merkel a dit. « La question de qui obtient quel métier n’a pas été facile », a-t-elle dit, ajoutant que ses chrétiens-démocrates (CDU) prendrait la tête du ministère de l’économie pour la première fois depuis des décennies. Pour le SPD, Schulz dit l’accord marque un « changement fondamental de direction en Europe », ajoutant : « Allemagne prendra un rôle actif et leader dans l’Union européenne à nouveau. » Meurtri par son plus mauvais résultat de l’élection dans l’après-guerre, le SPD avait prévu de se réorganiser en opposition et seulement accepté des pourparlers de coalition avec réticence. Ses 464 000 membres ont toujours la possibilité d’opposer son veto à la transaction dans un bulletin de vote postal, dont les résultats seront annoncés le 4 mars, dit de sources tierces. Schulz a mis en évidence les politiques que le SPD avait poussé à travers, notamment, réduire le champ d’application pour les contrats de travail à court terme et augmentant les prêts aux étudiants et le salaire minimum pour les stagiaires – comme l’exige l’aile du parti jeunes gauchistes, qui a joué du tambour de nouveaux membres dans la espérons qu’ils voteront contre l’accord. CHANCELIER DE LA CDU, SPD GOUVERNEMENT ? Julian Reichelt, rédacteur en chef du plus grand document de vente de l’Allemagne, Bild, a suggéré le SPD avait obtenu la meilleure fin de la transaction, Twitter : « C’est le premier gouvernement SPD, dirigé par un chancelier CDU ». Alors que les négociations ont traîné en longueur, plus grande économie européenne a déménagé dans le surmenage, offrant une portée accrue pour les dépenses du gouvernement et de l’investissement. Les investisseurs et les pays partenaires avaient été alarmés par la lutte de Merkel à assembler un gouvernement à un moment, quand l’Europe fait face à plusieurs défis, notamment la nécessité d’une réforme de zone euro et le départ imminent de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. Dans leur document de 177 pages, les parties exposées aux plans d’aménagement des fonds du plan de sauvetage de la zone euro en un véritable Fonds monétaire européen ancré dans le droit communautaire – et donc en dehors de la commande directe du gouvernement national – et le soutien budgétaire moyens protéger l’euro zone de crises. Ils ont dirent qu’ils seraient prêts à payer plus dans le budget de l’UE. « Nous voulons un budget (Union européenne) pour les dépenses futures visant à apporter plus d’avantages pour l’Europe », écrivent-ils, ajoutant qu’ils ont soutenu les réformes structurelles, défendus par le Président Français Emmanuel Macron. Social chef du parti social-démocrate (SPD) Martin Schulz (de gauche à droite), chef de l’Union chrétienne-sociale (CSU) Horst Seehofer et la chancelière allemande Angela Merkel de l’Union chrétienne démocrate (CDU) arrivent pour des pourparlers de coalition dans le parti social-démocrate (SPD) siège social à Berlin, Allemagne 2 février 2018. / Christian MangThe SPD obtient également le ministère des affaires étrangères de grande envergure ainsi que les portefeuilles du travail, justice, famille et environnement. Schulz devrait devenir ministre des affaires étrangères, malgré avoir auparavant juré de ne pas prendre un poste ministériel en vertu de Merkel. Le quotidien Sueddeutsche Zeitung dit que Schulz, ternie par le résultat des élections pauvres du SPD, quitterait comme chef du parti, et que leader parlementaire de l’étage Andrea Nahles est prêt à prendre le relais. Schulz a refusé de commenter. Maire de Hambourg Olaf Scholz, un politicien terre-à-terre, pragmatique, qui a été travaillé avec Merkel dans le passé, est prévue pour succéder comme ministre des finances, selon des sources familières avec les négociations. Chrétiens-démocrates (CDU du Parlement fragmentés Merkel) obtiendra l’économie, la défense et ministères de l’agriculture, tandis que leurs alliés bavarois, le Social Union chrétienne (CSU), fournira la ministre de l’intérieur, avec un portefeuille supplémentaire « patrie » , sous la forme de Horst Seehofer, qui parle dur sur les migrations. Diaporama (3 Images) le bloc conservateur et le SPD a entamé des pourparlers concernant le renouvellement de leur alliance seulement après Merkel n’a pas une coalition d’accord en novembre dernier avec deux petits partis au Parlement fragmenté. Soutien pour les deux blocs qui ont dominé les allemande après la guerre politique a diminué encore davantage depuis l’élection et leur alliance signifie le manteau du plus grand parti d’opposition maintenant tombe à l’arriviste anti-immigrés, eurosceptique Alliance pour l’Allemagne (AfD). Après une session de négociation finale dure environ 24 heures, les parties ont convenu en fin de compte de plafonner les contrats de travail de durée déterminée arbitraire à 18 mois, vers le bas du 24 et pour limiter leur renouvellement. Les conservateurs rechignent à la demande du SPD pour une interdiction complète, faisant valoir que les entreprises nécessaire flexibilité d’être compétitifs. En soins de santé, les parties ont convenu de mettre en place une Commission chargée de travailler sur un barème commun pour les patients privés et publics afin de déterminer si c’était possible, a déclaré une source de négociation. Les médecins tendent actuellement à obtenir plus d’argent pour le traitement de patients privés et si souvent favorisent leur rapport public aux patients. Florian Hense, économiste chez Berenberg, dit que le travail et les réformes de santé, ainsi que des prestations de retraite plus généreuses, peuvent être coûteux. « Allemagne peut payer un prix pour eux avec la croissance tendancielle légèrement réduite et un moins solidement financé budget après la prochaine récession. » Cette perspective peut être un moyen, cependant. Le DIHK chambres d’industrie et du Commerce a soulevé ses prévisions pour l’économie allemande à une robuste 2,7 pour cent en tant que consommateurs avec l’augmentation des salaires, emplois stables de croissance 2018 et les coûts d’emprunt faible dépensent davantage, tandis que les exportations et les investissements des entreprises rebondissement. « Les entreprises n’ont jamais été plus optimistes, » DIHK dit dans sa dernière étude de l’entreprise, ajoutant que les entreprises allemandes sont stimuler les plans d’investissement à un rythme sans précédent. Mais l’association de l’industrie BDI, a déclaré l’accord était « en direction de redistribution plutôt que soutenir l’avenir ». Alice Weidel, leader parlementaire de l’AfD, tweeté : « Choses ne pourraient pas s’aggraver pour l’Allemagne, » demandant l’accord de coalition « fou » car il ne contenait pas de limite supérieure pour la migration. Reportage additionnel par Holger Hansen, Michael Nienaber, Joseph Nasr, Thorsten Severin, Andrea Shalal et Thomas Escritt à Berlin et Jan Strupczewski à Bruxelles ; Écrit par Michelle Martin ; Montage par Kevin LiffeyOur normes : le Thomson Trust principes.