Gestionnaires d’actifs américains secouer la recherche sur les actions que recouper les banques

NEW YORK () – comme les nouvelles règles de l’épi des banques de Wall Street à rétrécir davantage leurs budgets de recherche, entreprises de gestion d’actifs américains sont étaiement jusqu’à la recherche interne et réinventer l’entreprise stockpicking dans le processus. Les gestionnaires de fonds sont en laissant de côté le modèle traditionnel des équipes construit pour couvrir un large éventail d’industries, plutôt choisir des domaines d’expertise et embauche des analystes avec des connaissances très spécialisées et souvent non-Wall Street arrière-plans. De l’Union européenne MiFID II Règlement qui ciblent les conflits d’intérêts et a pris effet en janvier exige aux gérants de déclarer séparément trading commissions et paiements recherche en investissements. Dans le passé, les banques empaqueté recherche avec frais de courtage couverts par les investisseurs plutôt que des sociétés de gestion de fonds. Alors que les règles s’appliquent uniquement à celles opérant dans l’UE, la transparence fait des gestionnaires de fonds repenser globalement quel travaux de recherche qu’ils sont prêts à payer pour. Des entrevues avec plus d’une douzaine de cadres supérieurs, les analystes de la recherche et les autres membres du personnel montrent les gestionnaires de fonds sont déjà eux-mêmes sevrage au large de l’analyse de routine des principaux secteurs où il est difficile pour un investisseur d’acquérir un avantage durable. Au lieu de cela, des sociétés de fonds préfère faire cavalier seul et se concentrer sur les tranches étroites du marché qu’ils peuvent dominer, de technologies de petits groupes tels que cryptocurrencies, créneaux de marché internationales et environnementale, sociale et de gouvernance. Cela signifie que sont embaucher des gestionnaires de fonds, mais pas nécessairement ceux qui ont passé leur carrière avec les courtiers ou les banques. Par exemple, ARK Investment Management LLC recrute James Wang pour couvrir l’intelligence artificielle (IA) et « la prochaine vague de l’internet ». Wang était auparavant chef de produit chez Nvidia Corp en Californie et a aidé l’entreprise de semi-conducteurs GeForce proposent une expérience, une application de jeu. « J’ai jamais pensé que je travaillerais en finance, beaucoup moins sur la côte est, » a déclaré Wang, qui a eu 34 en octobre. ARK est maintenant de l’embauche d’un spécialiste centrée sur cryptocurrencies et un autre la recherche génomique. INVESTMENT BANKS SLASH personnel BlackRock Inc directeur général Larry Fink, qui dirige le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, a dit qu’il est dépenser plus sur les recherches menées au sein de son propre cabinet. Ces dernières semaines, BlackRock, qui a $ 6 billions d’actifs sous gestion, a demandé à plusieurs fournisseurs de cesser d’envoyer des recherches qu’ils ne payaient pas pour, alors que la compagnie pourrait s’assurer qu’elle a respecté les nouvelles règles, selon une personne connaissant bien l’affaire. Fink a déclaré en octobre que BlackRock envisagerait payant remboursables pour la recherche, que l’asset manager consomme des banques dans le monde. Autres gestionnaires vont plus loin. Richard Bernstein est allé à « cold turkey, » arrêter de payer pour la recherche externe et abonnements de la compagnie à la recherche de la Banque d’investissement il y a un an de la coupe tous ses fonds. Ce qu’il a conclu qu’il pouvait vivre sans la plupart de celui-ci. « C’était la façon dont nous pourrions décider avec qui nous avons besoin et qui ne nous manquez, » dit Bernstein, qui a été analyste chez unité de Merrill Lynch de la Banque d’Amérique Corp avant qu’il commence son entreprise actuelle, Richard Bernstein Advisors LLC. « Quelques – une douzaine, peu importe – analystes, nous voulions vraiment de retour. Cependant, beaucoup d’entre eux nous n’avons pas. » Il dit que la compagnie fait 95 % de sa recherche interne. Dans l’ensemble de Wall Street, gestionnaires d’actifs misent également que certaines recherches peuvent être automatisées. Avant même que la nouvelle réglementation MiFID II, qui signifie Markets in Financial Instruments Directive II, les banques ont été mise à l’échelle recherche arrière équité comme trading algorithmique, de réglementation et de la popularité croissante des fonds indice-suivi, qui ont tendance à moins du commerce, pesait sur leur revenu. Banques d’investissement global majeur réduit leurs budgets de recherche de l’équité d’un pic de $ 8,2 milliards en 2008 à $ 3,4 milliards en 2017, selon Frost Consulting. McKinsey projets les 10 premières banques réduira ces budgets d’un autre 30 % à court terme, due en grande partie à MiFID II. Fonds gestionnaires peuvent guère permettre donner vers le haut sur la recherche au total parce que c’est ce qui les distingue et permet de concurrencer les fonds indiciels, mis en place pour simplement correspondre repères du marché pour l’argent des investisseurs. Application de l’intelligence artificielle et apprentissage à stockpicking automatique nécessite une nouvelle race de spécialistes férus et les gestionnaires pensent que certaines des meilleures occasions sont là. Morgan Stanley a interrogé des gestionnaires de fonds et d’autres clients lors d’une récente Conférence sur le sujet et a constaté que près de la moitié engagé des chercheurs « quant » durant l’année écoulée. Expertise plus traditionnelle est également demandée. Ariel Investments LLC, qui gère $ 13,1 milliards, embauché des analystes de recherche qui avaient vécu en Russie, la Chine et la Grèce à renforcer ses efforts de peignage à travers les marchés internationaux pour des idées, vice-président de société dit Charlie Bobrinskoy. La société a ajouté six analystes à son équipe de recherche mondial l’an dernier. Trois précédemment travaillé pour des maisons de courtage traditionnels, deux provenaient de gestionnaires d’actifs et un autre déplacé d’ailleurs en finance, Ariel a dit. Comme les banques couper les dépenses de recherche et leurs rangs, les gestionnaires de fonds pourraient être offrant des possibilités moins nombreux, mais potentiellement plus lucratifs. Analyste de recherche actions du gestionnaire actif moyen avec la gamme de cinq à huit ans experience faite $ 419 000 en 2016, comparativement à 385 000 $ auprès d’une banque, selon une étude de services financiers recrutement société groupe d’Options. trouvé que le fossé s’élargit pour ceux qui ont plus d’expérience et une expertise spéciale avec des entreprises de gestion d’actifs payer des millions pour les chercheurs de haut calibre. Reporting par Trevor Hunnicutt ; Montage par Jennifer Ablan et Tomasz JanowskiOur normes : le Thomson Trust principes.