Gécamines du Congo veut réviser les contrats avec les partenaires de l’exploitation minière

* La Gécamines veut renégociations de commencer au deuxième trimestre * Congo est miner plus grand de l’Afrique de cobalt, cuivre * investisseurs étrangers suscitent des inquiétudes sur la nouvelle Loi sur les mines du Cap par Barbara Lewis, Feb 5 () – société minière de la République démocratique du Congo Etat Gécamines a déclaré lundi que vouloir renégocier les contrats avec ses partenaires internationaux cette année pour donner à l’État une plus grande part des revenus. Le Congo est de l’Afrique cuivre plus grand producteur de cobalt et aussi mines or et diamants, mais c’est un des pays les moins avancés, avec un budget annuel d’environ $ 5 milliards. Le Parlement a adopté un nouveau code minier le mois dernier pour déclencher des redevances et taxes, ce qui incite les mineurs internationales de le dire découragerait les investissements étrangers. Le Président Joseph Kabila doit encore approuver la nouvelle loi. Partenaires des Gecamines sur projets miniers incluent molybdène Glencore, Chine et Ivanhoe. Gecamines Président Albert Yuma lors d’une conférence minière au Cap que les pourparlers sur les révisions de contrat devraient commencer au deuxième trimestre et achevés d’ici la fin de 2018 ou début de 2019. Il a dit des offres existantes n’a pas donné la Gécamines ou l’État « une part suffisante » des richesses minières de la nation. « Ce déséquilibre est principalement le résultat d’une histoire qui a placé notre état dans une situation difficile et contrainte à négocier en position de faiblesse, » a-t-il dit. « Nous appelons donc à une remise en cause de nos partenariats passés pour leur permettre de réaliser le seul but pour lequel ils ont été signés : bénéfiques pour l’État et de la Gécamines, » dit-il. Gecamines, qui est lourdement endettés et n’a pas toujours répondre aux objectifs de production, dit qu’il avait effectué des vérifications du contrat dans le passé mais n’avait pas révélé les résultats. Depuis son apogée dans les années 1980, la Gécamines a vendu la plupart de ses actifs et entré joint-ventures avec des partenaires étrangers, qui comprend 12 joint-ventures et cinq mine contrats de crédit-bail. Le Carter Center, basé aux Etats-Unis, a déclaré dans un rapport en novembre qui Gecamines n’a pas en interne $ 750 millions dans le revenu de 2011 à 2014, et que beaucoup de ceci était maintenant introuvable. Gécamines a nié l’accusation. Elisabeth Caesens, directeur des questions de la ressource, un groupe basé à Bruxelles qui préconise la meilleure gestion des ressources, dit que toute renégociation doit s’assurer que tous les congolais ont bénéficié. Gecamines avait « peu à montrer pour les centaines de millions qu’il prélevé dans les renégociations de contrat précédent en 2006-2009 », dit-elle. Gecamines dit des organisations non gouvernementales internationales ont surestimé les revenus de l’entreprise tout en sous-évaluant ses contributions au Trésor national. Montage par Aaron Ross et Edmund BlairOur normes : le Thomson Trust principes.