Mise à jour 1-UK et l’UE pour entrer en conflit au-dessus des droits des citoyens au cours de la transition

(WUHAN, Chine) – premier ministre Theresa mai a averti que les citoyens européens arrivant en Grande-Bretagne après Brexit l’année prochaine peut perdre certains droits, mise en place d’un affrontement avec l’Union européenne au cours de leur traitement pendant une période de transition. L’immigration a été des principales raisons pourquoi les Bretons ont voté à quitter l’Union européenne en 2016, suite à un afflux massif d’UE citoyens, surtout des pays plus pauvres en Europe orientale. L’Union européenne a offert à la Grande-Bretagne une transition du statu quo jusqu’à la fin de 2020 après Brexit. Le bloc veut que ses citoyens 3 millions à demeurer admissibles à tous les mêmes droits jusqu’à la fin de cette période. Mais mai a suggéré des citoyens de l’UE à venir en Grande-Bretagne après que mars l’année prochaine sera traité différemment. « Les gens qui étaient venus en Angleterre quand on est membre de l’Union européenne avaient mis en place certaines attentes – ils ont fait un choix de vie et mettre en place certaines attentes, » peut a déclaré aux journalistes sur son chemin vers la Chine. Premier ministre britannique Theresa mai parle au cours de la réunion inaugurale du Conseil directeur général UK-Chine dans le Grand Hall du peuple à Beijing, en Chine, 31 janvier 2018. / Mark Schiefelbein/piscine « je suis clair il y a une différence entre ceux qui sont venus avant nous laissant et ceux qui viendront quand ils savent que le Royaume-Uni n’est plus membre de l’Union européenne. » Il s’agit d’un obstacle la Grande-Bretagne et l’UE va devoir résoudre pour parvenir à un accord transitoire, qui donnera le temps de deux côtés à se préparer à la grande influence de la fin de 46 ans d’union. Philippe Lamberts, député européen qui traite de Brexit, a dit jeudi du choc imminent : « des droits des citoyens sera un point de négociation et nous voulons être fermes sur ce point que les nouvelles dispositions n’entreront en vigueur après la fin de la période de transition. » De nombreux bailleurs de fonds de Brexit expriment des inquiétudes que le résultat du référendum peut être trahi avec le plan de changer peu de choses de la relation actuelle immédiatement après que la Grande-Bretagne quitte officiellement le 29 mars 2019. Mais mai a rejeté certaines de ces préoccupations. « Ils n’ont pas voté pour rien changer quand nous sortir de l’UE », dit-elle. « Ce que nous faisons maintenant fait le travail que le peuple britannique a demandé au gouvernement de faire qui consiste à livrer sur Brexit. » Par Andrew MacAskill à Londres et Gabriela Baczynska à Bruxelles, édité par Stephen Addison et Philip BlenkinsopOur normes de déclaration supplémentaires : les principes de confiance de Thomson.