Législateurs dire régulateurs britanniques pourraient aider ville rester WODZIREJ en finance

() De Londres – la Grande-Bretagne pourrait rendre une exigence pour les régulateurs aider Londres reste un centre financier global supérieur après Brexit, les législateurs a déclaré samedi dans un rapport opposant le Parlement contre la Banque d’Angleterre. Départ du Royaume-Uni de l’Union européenne en mars l’année prochaine a soulevé des préoccupations parmi les décideurs sur la capacité du pays à rester un principal centre mondial de trading de devises et la gestion de milliers de milliards de livres dans l’épargne populaire. Les banques, les assureurs et les gestionnaires d’actifs en Grande-Bretagne sont déjà pris des mesures pour déplacer du personnel de Londres de nouveaux centres à Paris, Francfort et Dublin pour assurer la continuité du service aux clients de l’UE après Brexit. Les États-Unis se fait aussi plus attrayant pour les financer par l’impôt sur les sociétés de coupe et l’assouplissement des règles bancaires mis en place après la crise financière. « Lorsque l’intensité de la concurrence internationale face à la UK post-Brexit augmente, il peut devenir évident que les régulateurs sont indûment limités par leurs objectifs actuels, » un Comité de la Chambre des Lords a déclaré dans un rapport sur les services financiers après Brexit. « Nous recommandons que le gouvernement envisage et consulter sur l’opportunité d’ajouter un devoir de promouvoir la compétitivité internationale à ces objectifs. » Les législateurs Pro-Brexit dire quitter le bloc permet de Grande-Bretagne d’écrire ses propres règles pour le secteur le plus important de l’économie, qui soulève plus de 70 milliards livres en impôt chaque année. Leurs cris ont dit craindre d’un retour à l’ère « light touch » de règlement, cependant, qui s’est terminée par les contribuables britanniques renflouer les banques dans la crise financière. La BoE a dit qu’il n’y aura un « feu de joie du règlement d’exécution » et a averti ce mois-ci contre une mission de la compétitivité. « Je suis personnellement très prudent à ce sujet », gouverneur adjoint de la BoE Sam Woods dit Trésor Select Commission ce mois-ci. Le rapport dit que divergeant de règles capital d’assurance de l’UE pourrait, par exemple, affecter le futur accès de marché de l’UE. La capacité d’adapter les règles financières internes sera dans tous les cas limitée par la nécessité de s’en tenir aux règles mondiales, elle a ajouté. Le rapport exhorte le gouvernement à nommer le remplacement de BoE gouverneur Mark Carney aussi tôt que possible afin d’éviter la Grande-Bretagne perdre poids dans les instances internationales de normalisation financières comme son mot à dire sur l’extrémité de réglementation EU dans plus d’un an. Carney est due à démissionner en juin 2019, avec CAF PDG Andrew Bailey, considéré comme un favori chaud pour le remplacer. L’UE est prévu le lundi à adopter les principes pour la négociation d’un accord sur comment la Grande-Bretagne pourrait transition aux nouvelles conditions commerciales. Rapport réclame le législateur une période où les règles de l’UE restent en vigueur, suivie du temps pour s’adapter à des conditions commerciales finales, sinon les entreprises seront forcés d’activer leurs plans d’urgence pire scénario pour le déplacement du personnel et des activités au bloc. La Grande-Bretagne devrait rejeter un accord commercial basé sur le système de « équivalence » de l’UE selon laquelle Bruxelles seul décide si les règles sont alignés assez avec les normes de l’UE d’accorder l’accès aux marchés financiers, selon le rapport. Mais il y avait des raisons valables pour la Grande-Bretagne de maintenir « un haut degré d’alignement réglementaire » avec l’UE afin de préserver l’accès aux marchés réciproque, il dit, faisant écho à financent les observations du Royaume-Uni ministre Philip Hammond jeudi. Reporting par Huw Jones ; Montage par Hugh LawsonOur normes : le Thomson Trust principes.