Novogratz, d’autres investissent dans nouvelle entreprise de blockchain du fondateur CNET

NEW YORK () – gérant de hedge fund ex macro Mike Novogratz est l’un des plusieurs investisseurs dans VideoCoin, une start-up lorgne une monnaie numérique de $ 50 millions offrant dans quelques mois pour profiter de l’appétit croissant pour cryptocurrencies, VideoCoin, directeur général Halsey Minor a déclaré dans une interview. Un récent financement initial de $ 5 millions au long également attiré des investisseurs tels que les conseillers du réseau distribué, une entreprise dont le partenaire comprend le capital-risqueur Brock Pierce ; et Alphabit, un fonds mondial qui investit dans des devises numériques, mineur dit la semaine dernière. Novogratz, anciennement de Fortress Investment Group et qui dirige la galaxie Investment Partners, a déclaré dans un communiqué jeudi que le projet comportait tous les éléments qu’il cherche dans un investissement. « Nous sommes convaincus de que videocoin va révolutionner l’industrie du streaming vidéo. » Pierce et Alphabit n’étaient pas immédiatement disponible pour commenter. « Vous obtenez tous ces gars début, et le reste arrive, » a déclaré mineur, un entrepreneur de technologie qui, en 1994, a co-fondé CNET, un US site media sur la technologie et la consommation électronique que CBS a acheté pour environ $ 1,8 milliards en 2008. Devises numériques tels que bitcoin sont apparues comme une nouvelle classe d’actifs au cours des deux dernières années, comme sa technologie sous-jacente appelée le blockchain, une base de données en ligne, a gagné l’acceptation dans le monde entier des sociétés et des institutions financières. Bitcoin BTC = BTSP, qui est cotée sur les bourses, a grimpé de plus de 1 700 pour cent l’an dernier à un niveau record, faisant craindre que l’actif volatil émergent pose un risque pour les investisseurs et le système financier mondial. Nouveau jeton de VideoCoin peut être utilisé par les développeurs de logiciels et d’autres utilisateurs pour payer pour les services vidéo basé sur un nuage sur son réseau, tels que l’encodage, stockage, de distribution ou de location, a déclaré le mineur. « L’internet est maintenant environ 80 pour cent de vidéo. Il croît à 25 pour cent par an. Coûts pour les entreprises de médias de divertissement explosent et ils n’ont pas la possibilité de monétiser cela. » Reporting par Gertrude Chavez-Dreyfuss ; Édité par Richard ChangOur normes : le Thomson Trust principes.