Régulateur de l’Arabie saoudite a demandé d’étudier l’impact du marché local de l’Aramco IPO

KHOBAR, Arabie saoudite/RIYADH () – un Conseil consultatif au gouvernement de l’Arabie saoudite a demandé de réglementation des valeurs mobilières du Royaume pour étudier l’impact de l’inscription de Saudi Aramco à la bourse locale au cœur de la préoccupation qu’une énorme introduction en bourse pourrait endommager le marché. Comité budgétaire du Conseil de la Choura a également demandé à l’autorité de marché de Capital (AMC) pour s’assurer que liquidité la bourse ne pas se concentrent dans le pétrolier géant seul, Agence de presse d’Etat SPA rapporte, tard mardi. Le gouvernement a dit qu’il envisage de vendre environ 5 pour cent d’Aramco, dans l’espoir de recueillir environ $ 100 milliards ou plus dans ce qui serait vraisemblablement plus grand offre publique initiale du monde (IPO). La vente est attendue dans la seconde moitié de 2018. [nD5N1N5019] Autorités saoudiennes ont dit qu’en plus de Riyad, ils peuvent énumérer Aramco sur un ou plusieurs marchés étrangers comme New York, Londres et Hong Kong, qui serait de répartir la charge de l’introduction en bourse et de réduire la pression exercée sur le marché saoudien. Mais après plus d’un an de délibérations, une décision sur un marché étranger n’a pas été annoncée et certains responsables ont suggéré Qu’aramco pourrait énumérer à Riyad seul. [nL8N1P52US] L’on craint dans les milieux financiers saoudiens, toutefois, que l’introduction en bourse pourrait être trop grande pour le marché local à absorber. Le rapport de la SPA n’a pas dit si étude de l’AMC devrait se pencher sur l’impact de l’inscription d’Aramco à Riyad seul, ou scénarios dans lesquels il a été répertorié en Arabie saoudite ainsi que les marchés étrangers. Le marché saoudien a seulement une capitalisation d’environ $ 470 milliards, ce qui signifie qu’il puisse être déstabilisé par Aramco cote si autres stocks sont vendus massivement pour lever des fonds pour l’investissement dans la compagnie pétrolière. Directeur général Khalid al-Hassan de la bourse saoudienne a déclaré ce mois-ci que Riyad espère être le seul lieu de rendez-vous pour l’inscription de l’Aramco et pouvait gérer l’ensemble de l’introduction en bourse. Liquidité ne serait pas un problème, dit-il. Le Conseil de la Shura et l’autorité de marché de capitaux n’avaient aucun commentaire immédiatement contactée par mercredi. Autres rapports de Tom Arnold et Saeed Azhar ; édité par Andrew Torchia et David ClarkeOur normes : les principes de confiance de Thomson.