Schaeffler CEO dit séparation entreprise ne serait pas sage – papier

Francfort, Jan 20 () – constructeur de pièces automobile allemand Schaeffler ne voit aucun mérite à diviser la société, contrastant avec les pairs comme Continental, Delphi ou Autoliv, qui ont essaimé d’unités ou envisagent de le faire. « À mes yeux, il serait imprudent si les unités (de Schaeffler) irait des chemins séparés, » directeur général Klaus Rosenfeld a été cité par allemand Automobilwoche hebdomadaire comme disant. Le fabricant de roulements est le principal actionnaire de Tyr et de pièces d’auto Groupe Continental, qui a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’elle était en pourparlers sur une possible refonte structurelle et s’est engagé à donner corps à ses plans dans les six mois. Pendant ce temps dans un autre article publié dans Automobilwoche, PDG de Continental Elmar Degenhart dit la société avait besoin d’analyser quels réglages lui permettrait de battre la croissance globale du marché de 2025. « Nous devons admettre que notre portefeuille est très diversifié, » il a été cité comme disant. « Continental doit devenir plus souple. « Et il ne faut pas perdre de vitesse ». Des sources ont dit cette semaine que Continental avait embauché JP Morgan pour travailler sur les options stratégiques pour la société, y compris une séparation de ses activités actuelles. Degenhart dit, toutefois, afin d’obtenir une évaluation plus élevée d’une unité ne signifie pas vendre pure et simple, selon l’article du magazine. Reporting par Arno Schuetze ; montage par Clelia OzielOur normes : les principes de confiance de Thomson.