Banque de développement BERD pousse en financement, bretelles pour profit hit

Londres, 17 Jan () – la Banque européenne pour la Reconstruction et le développement a fourni un montant record de financement l’an dernier mais est vivifiante pour une baisse des bénéfices suivant sharp tombe dans les monnaies comme le cri de la Turquie et du rouble russe. Chiffres provisoires pour 2017 publié par la BERD mercredi a montré qu’il investi 9,7 milliards d’euros ($ 11,85 milliards) dans une région qui s’est propagé ses insolites européenne orientale en ce qui concerne le Maroc, la Mongolie et parties du Moyen-Orient. Il est prévu de publier les bénéfices dans les prochaines semaines, mais avec beaucoup de monnaies que ça marche en laissant tomber contre la monnaie de présentation de la Banque, l’euro – l’an dernier, ils risquent d’être bien vers le bas sur les 1 milliard d’euros près en 2016. Créé en 1991 par les gouvernements d’investir dans les pays ex-communistes d’Europe de l’est et financé par les pays développés, la BERD a élargi son mandat durant la dernière décennie et opère aujourd’hui dans plus de 30 pays. Turquie est restée marché numéro un de la BERD l’an dernier avec 1,5 milliards d’euros d’investissement à travers 51 projets. Mais la lire est tombée de 18 % par rapport à l’euro, ce qui signifie qu’il prendra un coup où sont utilisés des règles comptables « mark-to-market ». Le rouble était une histoire similaire. Même si la Banque n’a pas été prêt en Russie depuis la crise de l’Ukraine de 2014, il a encore environ un portefeuille de 3 milliards d’euros d’investissements russes. Le rouble a chuté de près de 7 % contre l’euro. Autres grands marchés incluent l’Égypte, où il a doublé son financement à 1,4 milliards d’euros et l’Ukraine, où, malgré les préoccupations relatives à la fatigue de la réforme, les investissements ont augmenté à 740 millions d’euros de 581 millions. Pendant ce temps, la Pologne qui envisage de commencer sa propre banque de développement, a vu ses chiffres reculer à 659 millions d’euros de 776 millions, qui était presque égalé par la Grèce où 614 millions a été prêté. La BERD a également inclinée efforts sur plusieurs investissements écologiques. Il a prêté 4,1 milliards d’euros par rapport aux 2,8 milliards en 2016 aidant il a frappé une promesse d’accord Paris 2015 trois ans à l’avance pour mettre 40 pour cent de son financement à des projets « verts ». ($1 = 0,8178 euros) Reporting par Marc Jones ; Graphisme par Saikat Chatterjee ; Édité par Peter GraffOur normes : le Thomson Trust principes.