COLONNE-Hedge funds commencent 2018 avec record $19 bln mise sur l’euro : McGeever

Londres (en) – Hedge funds ont débuté 2018 avec leur plus gros pari jamais sur l’euro en hausse, un vote clair de confiance dans la monnaie unique, mais, avec positionnement celui tellement tendue, qui pourrait se retourner contre à court terme. Les données de la Chicago Futures Trading Commission montrent que les fonds spéculatifs et les comptes spéculatifs inclinée leur position nette longue euro par des contrats de plus de 35 000 à 127 868 dans la semaine au 2 janvier, un pari d’une valeur de $ 19,3 milliards. C’est la plus grande position nette d’euro long depuis la création de la monnaie unique il y a 19 ans, dépassant le record précédent de 119 538 contrats enregistrés en mi-mai 2007. Pari de la communauté « argent rapide » sur l’euro a été un facteur déterminant de la hausse de la monnaie. Il a gagné 14 pour cent face au dollar l’an dernier, sa meilleure année depuis 2003 et troisième meilleure que jamais. Il est facile de voir pourquoi. Bonnes surprises de l’économie de la zone euro a battu bonnes surprises économiques américains pendant une grande partie de 2017 (bien que cette tendance inversée l’an dernier) et l’économie de la zone euro a progressé à 2,6 % au troisième trimestre, son plus rapide depuis 2011. Selon la Commission européenne, l’économie européenne, la plus grande partie qui comprend les 19 pays qui utilisent l’euro, a progressé de 2.3 % contre 2,2 % les États-Unis l’an dernier. Le « euroboom », comme il est venu à être connu, est l’un des éléments plus importants d’une reprise économique plus large qui a maintenant la croissance mondiale sur 4 pour cent. L’euro a grimpé à un sommet de quatre mois la semaine dernière de $1,2089, au sein d’un cheveu de rupture au-dessus du sommet de septembre de $1,2092 qui serait ont annoncé un pic frais de trois ans. Analystes de Deutsche Bank, entre autres, ont soulevé leurs prévisions pour l’euro. Ils le voient arriver à 1,30 $ à la fin de l’année sur l’arrière du forts flux de capitaux dans la région. DILEMME de la BCE mais avec positionnement si tendue, la question est de savoir si dynamique à la hausse de l’euro peut être soutenue. L’euro lundi a reculé pour la deuxième journée consécutive, quelque chose de ne pas vu pendant un mois. Il était retour inférieur $1,20, bien qu’elle à peine et l’histoire récente donne à penser il sera difficile de rester au-dessus de ce niveau pendant un certain temps sans frais esprits soufflent. Beaucoup dépend des chemins d’accès relatifs de la politique monétaire américaine Fed et la Banque centrale européenne. Commerçants font le pari que la Fed ne se resserrera pas trop agressive, alors que les doutes croissent sur combien de temps la Banque centrale européenne peut coller avec des taux d’intérêt négatifs avec une croissance si forte et les prix du pétrole à leur plus haut niveau en trois ans. Encore un euro fort va sûrement faire BCE décideurs penser deux fois à quelle rapiditè et agressivement leur serrer. Une règle générale indique qu’une hausse de 10 % dans la zone euro correspond à une chute de près de 0,5 point de pourcentage de l’inflation au cours des 12 prochains mois. Inflation annuel de la zone euro est tombé à 1,4 % en décembre, s’éloigne des objectifs de la BCE de « dessous, mais proche, de 2 % à moyen terme ». Hausse de 14 pour cent de l’euro face au dollar l’an dernier (il est vrai que seulement 5 pour cent sur une base pondéré) aidera à garder un couvercle sur les pressions inflationnistes étant alimentées par la forte croissance et les prix élevés du pétrole. Lorsque le positionnement était presque aussi dos étiré en mai 2007, les fonds spéculatifs et les spéculateurs ont commencé mise à l’échelle de retour de leurs positions longues. Tant et si bien que presque un an plus tard ils étaient net court d’euros. Mais le taux de change euro/dollar n’a pas marche arrière. Il est passé d’environ 1,35 $ à l’apogée de la CFTC nette longtemps tout au long de 1,60 $ en avril 2008, à l’instar des marchés mondiaux ont été sujet à venir s’écraser vers le bas plus tard cette année. Une tendance semblable se reproduira cette fois-ci ? Reporting par Jamie McGeever ; Montage par Robin PomeroyOur normes : le Thomson Trust principes.