Homme d’affaires saoudien en litige dette libéré de détention-sources

DUBAI () – A Saudi Arabian, homme d’affaires empire commercial dont la famille est impliquée dans un litige de dette de plusieurs milliards de dollars a été remise en liberté dans la Province orientale du Royaume, selon des sources familières avec la matière. Libération de Abdulaziz al-Sanea vient que le gouvernement intensifie les efforts pour trouver une entreprise pour exécuter un hôpital qui luttent de 750 lits appartenu à sa famille, une recherche qui a tourné les projecteurs sur l’effort du Royaume à amener des investisseurs étrangers dans le secteur de la santé. Al-Sanea a été libéré la semaine dernière après avoir été arrêté en octobre pour des dettes impayées, au moins en partie liées à l’hôpital, selon les sources. Un mandat d’arrêt, émis en octobre pour son frère Mike pour la même raison, a été également levé, selon les mêmes sources. Dans le même temps, les autorités ont approuvé un plan destiné à relancer ses activités à Saad Specialist Hospital dans la ville de Khobar, dans la Province orientale, qui a été fermé au cours des dernières semaines après avoir été incapable de payer le personnel et les entrepreneurs, selon les sources. Un Comité spécial, créé par le gouvernement pour trouver des solutions pour l’avenir de l’hôpital, a conclu que l’installation doit être exploitée sous la direction du ministère de la santé pendant sept ans, selon les sources. Les recettes seraient déposés dans le compte de la Cour gère la liquidation de Saad Group, société de la famille propriétaire de l’hôpital, les sources ajoutées. Le ministère de la Justice n’a pas répondu à une demande de commentaire. Londres-énumérés NMC Healthcare est parmi les entreprises en pourparlers avec le gouvernement pour prendre la direction de l’hôpital, parmi les installations de traitement du cancer Haut dans le Golfe, a rapporté jeudi, citant des sources familières avec l’affaire. Maan al-Sanea, le propriétaire du groupe Saad et le père de Abdulaziz et Mishal, est encore dans un centre de détention civil à Khobar, selon les sources. Il était également détenu par les autorités en octobre pour dettes impayées. Saad Group, qui, à son apogée, employait environ 12 000 personnes et a des intérêts dans les secteurs s’étendant sur les services bancaires aux soins de santé, a connu des difficultés en 2009 en raison de lourdes dettes, déclenchant une série de longues batailles juridiques et une liquidation forcée à la Cour saoudienne de la société. Reemas Group, un cabinet de conseil financier engagé par Saad Group, le mois dernier décrit un proposition de règlement couvrant $ 4 milliards dans la dette en vertu d’un plan pour rembourser une partie des sommes dues aux créanciers. L’action en justice contre la famille est considérée comme distincte de la répression contre la corruption par le Prince héritier Mohammed bin Salman dans lequel des dizaines de princes saoudiens et hommes d’affaires sont détenus. Le Royaume a libéré 23 des individus puissants 200-ou-so détenus depuis novembre pour corruption, après qu’ils atteignirent traite avec le gouvernement, Journal Okaz a indiqué mardi. Rapport par Tom Arnold ; Montage par Keith WeirOur normes : le Thomson Trust principes.