La moitié des exportations de soja américain vers la Chine tomberait encontre les nouvelles règles

(CHICAGO) – soja de la moitié des américains exportés vers la Chine cette année respecterait pas les règles chinoises pour la livraison systématique en 2018, selon les données analysées par, signalisation de nouveaux obstacles dans les affaires de 14 milliards de dollars par année d’expédition. Des règles plus strictes de qualité, qui entreront en vigueur le 1er janvier, il faudra effectuer un traitement supplémentaire des cultures oléagineuses américains dans les ports chinois pour éliminer les impuretés. Cela pourrait augmenter les coûts et réduire les ventes pour le plus grand importateur de soja du monde, selon les agriculteurs américains et des commerçants. La moitié des expéditions en 2017 et demi les total 27,5 millions de tonnes de soja américain exporté en Chine cette année, contenait plus de 1 % de matières étrangères, dépassant une nouvelle norme pour la rapidité de livraison, selon le U.S. Department of Agriculture (473 navire Les données USDA) compilées par grain courtier McDonald Pelz Global Commodities LLC. « Il va augmenter les coûts de l’envoi du soja à la Chine, » a déclaré Richard Wilkins, un agriculteur de Delaware et ancien président de l’Association américaine du soja. Souvent, les producteurs reçoivent un prix plus élevé pour la vente de soja avec 1 pour cent ou moins de matières étrangères, connu comme la catégorie no 1, parce que les importateurs payer plus pour une meilleure qualité. Wilkins, a déclaré que le changement livrerait soja de qualité supérieure à des acheteurs chinois sans exiger un prix plus élevé. « Fondamentalement, ils veulent nous payer pour la catégorie n° 2 mais ils veulent qu’elle soit de la catégorie n ° 1, » dit-il. Osama El-Lissy, un administrateur adjoint à l’USDA, dit agriculteurs ne devraient pas faire face à des charges supplémentaires en vertu des nouvelles normes. « Rien dans l’accord que nous avons avec la Chine se traduit par toute personne à croire qu’il y aurait un changement de quelque entente à prix (est) actuellement étant convenu à, », a déclaré El-Lissy. Il a dit des acheteurs chinois déjà peuvent soumettre certaines livraisons à un traitement supplémentaire. « Tout le temps qu’il prend maintenant, » dit-il, « est susceptible d’être le même laps de temps qui s’appliqueraient post 1 janv. » La Chine acceptera systématiquement US les expéditions de soja avec 1 pour cent ou moins de matière étrangère, selon l’USDA. Les spécifications existantes pour le soja n ° 2, le type plus commun dans les contrats d’exportation américains, ont permis jusqu’à 2 % de graines de saleté ou de la mauvaise herbe. Le nouvel accord par l’USDA aux cargaisons d’étiquette avec plus de 1 %, matières étrangères est venu après que la Chine s’interroger sur les graines de mauvaises herbes en septembre. La Chine compte pour environ les deux tiers des importations mondiales de soja, totalisant environ 86 millions de tonnes cette année par le biais de novembre, principalement du Brésil, les Etats-Unis et l’Argentine. Brésil et Argentine ne sont pas couverts par l’accord de même que les États-Unis. Producteurs de soja américains et exportation commerçants craignent que l’affaire blessera revenus déjà tendues par les prix des cultures basses provoquées par quatre années de récoltes pare-chocs. Réduisant les impuretés à 1 % ou moins pourrait augmenter les coûts des exportateurs américains de 15 cents par boisseau, analyste ED & F homme Capital Markets a dit. Haut de la page négociants agricoles, y compris Archer Daniels Midland Co., Ltd de Bunge et Louis Dreyfus Corp [LOUDR. UL], ont déjà des politiques visant à encourager les agriculteurs à livrer soja avec moins de 1 % des corps étrangers. Mais la peine de chutes courtes est relativement mineure. Dans les silos exploités par chacune des sociétés, ils déduire le poids de corps étranger, plus de 1 pour cent de pesées. L’USDA prévoit d’informer les producteurs de soja américains comment ajuster la production de 2018 et de techniques pour réduire la contamination des semences de récolte. Certaines mauvaises herbes ont prospéré dans les champs de soja après avoir développé la résistance à l’herbicide Roundup largement utilisé. ADM a dit qu’il soutenu les efforts de l’Amérique du Nord Export Grain Association, un corps de métier qui ont travaillé avec l’USDA sur l’accord, « pour parvenir à un résultat qui est bénéfique pour l’agriculture américaine ». L’association, Bunge et Louis Dreyfus n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires. Cargill Inc [CARG. UL], un autre gestionnaire de soja grand, dit il évaluait la nouvelle politique et les conséquences possibles sur son activité. Rapport par Tom Polansek et Michael Hirtzer à Chicago ; Montage par Gary McWilliams et David GregorioOur normes : le Thomson Trust principes.